femme épuisée sur ses dossiers : tu dois t'arrêter

En effet, ce week-end m’a fait du bien… mais je n’ai pas rattrapé le retard. « Tu dois t’arrêter » a dit Patrick.

Mais au bureau, nous avons eu un nouveau client, j’ai mis les bouchées doubles, je rentrais un peu plus tard, j’ai commencé à rapporter un ou 2 dossiers à la maison, le week-end. Je tenais le coup mais je dormais mal et ça me rendait agressive.

L’alerte a eu lieu à la maison.

A table, Arthur dit que le poulet est trop cuit. Je me mets à hurler, que si la nourriture ne lui convient pas, il peut aller ailleurs, qu’il regarde comment ça se passe chez les autres, que je travaille toute la journée etc etc ; La famille est consternée. Arthur tente une plaisanterie « mais j’adore le poulet trop cuit » en restant à distance. Emilie ne dit rien, je vois bien qu’elle n’en mène pas large et se demande ce qui m’arrive.

Patrick, enfin, me fait lever de table. « Finissez votre dîner les enfants, votre mère et moi allons parler tranquillement.

« Sophie, ma chérie, tu ne vas pas pouvoir continuer comme ça. Cette fois-ci, tu présentes tous les symptômes du burn-out. Je te l’ai dit, tu dois t’arrêter immédiatement, sinon tu vas craquer vraiment. Je t’ordonne de partir te reposer quelque part. »

Au fond, je savais bien qu’il avait raison mais je me sentais incapable de le faire. Je ne voyais pas comment quitter le boulot en ce moment. « Et mon nouveau client ? le tournoi d’Arthur ? le conseil de classe d’Emilie ? et … ? et… ? je lui mettais mon emploi du temps sous le nez et plus je lui démontrais que je ne pouvais pas partir, plus je me sentais submergée par la tâche.

J’ai dit oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


La villa vue par nos clients

Cécile L - Bordeaux - Mai-2013

Bonjour Adeline, votre maison nous a beaucoup plu, l’emplacement superbe, nous y avons passé de bon moments Partager la publication « Cécile L » FacebookTwitterGoogle+Pinterest